Les causes psychiques de la Dysfonction Erectile

Des problèmes psychologiques, affectifs, relationnels ou situationnels peuvent également compromettre le bon fonctionnement de votre organe … Parmi ces causes, on peut citer :

 La dysfonction érectile d'origine totalement psychologique

Elle est toujours constatée chez les hommes jeunes, de moins de 45 ans environ. Ils ont des érections matinales rigides ainsi que des érections normales lors de la masturbation. 
Cependant, empreints de timidité ou inhibés, ces hommes ne parviennent jamais à leurs fins avec une partenaire. 
Ainsi, soit l’érection ne vient pas pendant les préliminaires, soit elle disparaît au moment où de la pénétration.

Ils ressentent du désir et de l’excitation et ont une érection qui laisse penser que le rapport sexuel va être possible. Cependant, au moment de concrétiser, ils ne sont plus en érection.

L’homme est très troublé par cette incapacité à maintenir l’érection et de fait, afin de ne pas revivre l’échec, va éviter d’avoir du désir sexuel ou de rencontrer des partenaires.

Vous pouvez mettre un terme à cette situation : prenez vous en main.

 La peur de ne pas être performant

Cette cause est extrêmement fréquente, notamment lors du premier rapport avec une nouvelle partenaire. C’est aussi une difficulté redoutée par les hommes après 50 ans, qui se remettent en couple et craignent de ne plus être désirables ou capables de satisfaire sexuellement leur partenaire.




Au cours de leur vie sexuelle, de nombreux hommes anxieux sont confrontés à la crainte de ne pas être capable d’avoir une érection suffisante ou qu’elle ne tienne pas assez longtemps, de ne pas savoir donner du plaisir à leur partenaire, de ne pas obtenir de satisfaction de l’acte sexuel. 

Après l’enthousiasme des débuts, la routine s’installe au sein du couple, voire la lassitude. Par soi-disant faute de temps, le couple se soustrait aux préliminaires. La femme ne se sent donc pas assez préparée à l’acte et manque de réactivité. Face à l’insatisfaction du couple, les rapports sexuels vont être de plus en plus rares. Dès lors, la perte de confiance et les troubles de l’érection s’installent chez l’homme.

Le climat qui règne au sein du couple a toute son importance également. En effet, l’absence ou le manque de communication, la jalousie excessive, les conflits graves ou la déception de la vie conjugale génèrent un trouble du désir et sont donc des facteurs d’apparition de troubles de l’érection.

La culpabilisation de l’homme face à l’attitude systématique négative de sa partenaire, de ses propos dévalorisants, des reproches, ou encore face à l’expression de la frustration en public de sa femme en attente de performance, va le déstabiliser et entraîner une dysfonction érectile.

Messieurs, sachez que les femmes en général sont inquiètes devant les pannes sexuelles de leur partenaire. Elles vont s’imaginer qu’elles ne sont plus assez désirables ou qu’elles ont une rivale.

Toute situation familiale ou professionnelle générant du stress (la perte d’un emploi, une mise à la retraite non souhaitée, des problèmes financiers ou au sein de la famille, des soucis concernant des parents âgés) est source d’installation ou d’aggravation de troubles érectiles.

L’homme perd tout appétit sexuel ou n’est pas disponible intellectuellement pour obtenir une excitation satisfaisante.

Au cours d’une dépression ou suite à une invalidité consécutive à un accident, une maladie grave, il est normal de constater des troubles de la fonction sexuelle. Parlez-en à votre médecin. Des solutions existent.

D'autres causes psychologiques de dysfonction érectile peuvent exister :

  • La peur des femmes
  • La rivalité avec les autres hommes
  • Une aversion ou un dégoût pour la sexualité
  • Parfois une mauvaise image parentale
  • Un homosexuel qui tente un rapport avec une femme alors qu'il ne le souhaite pas vraiment
  • Les effets d'une éducation trop stricte, empreinte de tabous, ou l'absence d'information sexuelle ou les deux      

Il est donc important de ne pas se replier sur son problème et d'en parler à un médecin.